Les seniors en mode natation synchronisée

À la Une / Cliché à la Une
Thomas Barwick
1172575431
Amy Lehfeldt
oct. 10, 2019
Lorsqu’il s’agit de bousculer les stéréotypes sur le mode de vie des seniors, on ne peut pas trouver de meilleur exemple que les Aquadettes ! Découvrez ces véritables “drôles de dames” de Californie du Sud qui font partie des pionnières de la natation synchronisée. L’une d’elles faisait partie d’un spectacle aquatique américain, qui s’est produit dans toute l’Europe à la fin des années 1950 et dans les années 1960 pour faire la promotion de ce sport. Elle a également participé aux premières représentations de natation synchronisée pendant les Jeux olympiques de Rome en 1960.  Il aura encore fallu attendre 24 ans avant que ce sport ne soit officiellement intégré aux JO, en 1984.  Même si certaines membres de l’équipe actuelle sont des professionnelles, tout le monde peut en faire partie : il suffit d’avoir plus de 55 ans et de vivre dans leur communauté.  D’ailleurs, certaines personnes emménagent dans la région juste pour pouvoir rejoindre les Aquadettes !

J’ai découvert ces femmes inspirantes alors que je faisais des recherches pour dynamiser l’image des plus de 50 ans pour notre collection Disrupt Aging en partenariat avec l’AARP. J’ai contacté Thomas Barwick pour collaborer sur la conception d’une prise de vue avec elles, convaincue que nous pouvions créer quelque chose d’unique. Son équipe et lui étaient aussi enthousiastes que moi à l’idée de rencontrer ces femmes et de travailler avec elles. Il est d’ailleurs clairement apparu, dès le début du shooting, que ces athlètes continuaient à se surpasser malgré leur âge, dans une joie et une bonne humeur communicatives!

Valerie, notre interlocutrice principale, qui conçoit tous les costumes (environ 217 pièces par an), a résumé leur camaraderie et ce que cela signifie d’être une Aquadette en ces termes : “…même si l’âge, les problèmes de santé et le stress peuvent nous fatiguer, une fois dans l’eau, avec de la bonne musique et des amies de longue date, nous sommes plongées dans un autre monde et tous les éléments négatifs s’envolent. C’est un vrai bonheur.  Cela demande du travail et de la détermination, mais cela en vaut la peine.  Je suis si fière de ces filles que je pourrais pleurer juste en écrivant cela. Elles seront toujours “les filles” pour moi.”

Illustrer la vie quotidienne en Indonésie